08 novembre 2007

Mes idées n'engagent que ceux qui les lisent

Le Sémaphore. ''Une flamme tricoloreBrûle la France lentementPrône la haine comme de l'orL'étouffe, la tue doucemment. Habilement menéeElle réveille la banlieueIls hurlent, veulent tout casserUne révolte, jeunes contre vieux. Et derrière tout celaBouldogue qui chauffe le fourGuerre où rien ne vaincrât La mort contre l'amourTant de morts, à qui le tourTu tremble, paix de toujours.''
Posté par Maeglyr à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2007

Deux poèmes ne venant pas de moi le premier d'un livre oublié le deuxième du "Voleur de Vent" ''Sans me prévenirLe voleur a tout emportéSauf la lune,Qui était à ma fenêtre.'' Ryôkan. ''Hais les sectes de parts, mais aime tous les hommesSans te réduire aux lois des climats où nous sommes,Que l'Arabe, le Scythe et les fronts basanés,Qui sous un autre ciel que le notre sont nés,Ne soient tenus de toi pour des peuples barbares,Et chéris leurs esprits, s'il s'en trouve de rares.''F.H.Fajardie
Posté par Maeglyr à 20:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2007

Recommandations aux âmes en peine.

''Si tu te sent seul le soir,Si dans ton coeur il ne fait que pleuvoirSi ta vie n'est que vide coquilleSi ton entourage tes sentiments pilleSi ton seul espoir est que tout finisseSi ta seule envie est que ton existence glisseSi ton avenir te semble grisSi ton passé est sans vieSi ton présent te dégoûtesAlors je te dirait "Ecoute,Le chant des cigales, et voisLe raton-laveur remonter le courant.Ne pense plus à tes problèmes, ni à toi,Rêve et trouve-toi un amant.Que... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2007

L'inspiration est venu, elle m'a vu, elle m'a vaincut...

Ecrit en hommage à ma super prof de français (ironie...) : ''Le lycéen interessé s'enflammeIl déclame avec vivacitéMais à jamais il vous condamneSi, un instant, vous le laissez s'ennuyer.'' Aller savoir d'où ça me vient... ''La Mort emporte les géniesChez les médicores, peuple en liesseMais malheureux celui qui reste en vieA subir les affres de la vieillesse.''
Posté par Maeglyr à 09:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 septembre 2007

La folie n'est qu'une question de point de vue...

Le passant revenait de son travail quand il aperçut une personne qui regarder fixement un vieux chêne, lentement le passant s'approcha, mais, alerté par le bruit, l'autre se retourna :'' Idiot ! Vous m'avez déconcentré ! J'ai perdu le compte maintenant ! Deux heures de travailanéanti ! Bravo !_Euuuh, mais vous comptiez quoi exactement ? Le ''compteur'' sembla atteré par l'ignorance du passant._Mais les feuilles de cet arbre bien sur !_Ah....euh...oui, c'est évident ! Je ne vais pas plus vous déranger dans votre –... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 19:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 septembre 2007

La Mort fait preuve d'une patience infini... "La jeune femme était toujours en retard...à ses réunions, à ses anniversaires, à ses propres fêtes. Elle n'avait jamais réussi à résoudre ce problème... C'est pourquoi, le jour de sa mort, alors que la Faucheuse l'attendait à l'endroit où elle aurait du être, elle arriva plus de trois heures en retard et ne trouva personne, la Mort elle-même s'étant impatienté, elle était reparti pour un autre boulot en jurant qu'elle aurait bien un jour cette petite retardataire..." ... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 20:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 septembre 2007

Cette femme était très matérialiste. Cependant, un jour, elle se rendit compte que son magasin préféré, où elle dépensait des sommes faramineuses en babioles futiles, n'éxistait plus. L'emplacement était vide. Attérée, elle contempla l'absence du magasin pendant longtemps et dans un éclair disparu, effacé du monde telle qu'elle le connaissait... Eves Nome était assis à son bureau, il sourriait l'air détendu, il venait de se libérer d'un grand poids. En effet : il avait effacé les quelques centaines de personnages qu'il... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 13:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 septembre 2007

"La femme prit ses jambes à son cou, et, ne pouvant plus courir, se fit rattraper par le meurtrier." "L'homme se jeta à la mer, mais, ne lui ayant pas demandé son avis, elle se retira et l'homme alla se fracasser sur les rochers, en contrebas..."
Posté par Maeglyr à 13:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2007

Ne pas confondre :"Le skimmer est arrêté''"Avec :"Ceux qui meurt sont arrêtés.''
Posté par Maeglyr à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 août 2007

"La vague engloutissa le surfeur, le digéra et éructa, ce qui fit trembler les immeubles voisins." "L'homme n'en faisait qu'à sa tête.C'est ainsi, qu'un jour, ses pieds lui déclarèrent la guerre."
Posté par Maeglyr à 10:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]