24 septembre 2009

Epictète, "De la liberté".

[Dialogue inventé entre Agamemnon et Epictète.]"Ils vont périr sous les coups des Troyens !_Mais si les Troyens ne les font point périr, ne mourront-ils point, peut-être ?_Si, mais pas tous à la fois._Où donc est la différence ? Car si mourir est un mal, que ce soit tous à la fois ou l'un après l'autre, c'est également un mal. [Ici les choses sont tout ce que l'on peut posséder, maison, habits, esclaves, faveurs, titres, etc.]"Dès lors que aimons, haïssons, redoutons ces différences choses, il est fatal que ceux qui ont... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 septembre 2009

Brenda dans la série 'Six Feet Under'

Quand on perd sa femme ou son mari, alors on devient veuf ou veuve.Quand on est enfant et qu'on perd ses parents, on devient orphelin.Mais quel mot utilise t'ont pour un parent qui perd un enfant ?Je crois que c'est quelque chose de si effroyable qu'il en existe aucun.
Posté par Maeglyr à 21:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 août 2009

Pour faire semblant d'écrire : 3 citations

"Quatre pierre empilées dureront plus longtemps que tes rêves et se dresseront encore quand tes descendants auront oubliés que tu vivais ici."  Robin Hobb"L'Histoire n'est pas plus figée ni morte que l'avenir. Le passé est tout près : ilcommence à la dernière respiration qu'on a prise." Robin Hobb "Le caractère du travail apparaît nettement dans le fait que, dès qu'il n'existepas de contrainte physique ou autre, le travail est fui." Karl Marx
Posté par Maeglyr à 00:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
29 mai 2009

L'Enfant Halluciné (5), un nouveau passage

Ravot parle. Il est la parole que l'on veut bien entendre. Il parle à la mère de Jean, dont il est amoureux. Il se lâche, il croît tout dire. Trop longtemps enfermé, trop longtemps refermé sur lui-même. Il est amoureux.La séduire ? Il ne connaît plus trop ce mot, tant pis il réinvente. Pourquoi ne pas dire ce qu'il pense ?Alors il le dit (p322) :"L'homme n'aime pas son semblable, croyez vous que les cheveux et les boeufs se méprisent ? C'est le don de penser et de juger toute chose qui nous a perdus, l'esprit est tantôt une... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mai 2009

L'Enfant Halluciné (4)

"Le pire des clochards est celui qui dort sous les ponts de sa vanité."
Posté par Maeglyr à 13:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2009

L'Enfant Halluciné (3) et les prêtres

Jean, l'apprenti, et Ravot, le maître, sont en incompréhension totale. On ne sait si Ravot est un abominable bonhomme ou si Jean est fou, ou tout simplement pas assez intelligent pour différencier les ordres que lui donne son maître et ceux que son esprit lui donne.Sa réflexion, après avoir évolué, avec l'âge, se concentre souvent sur Dieu, enfin sur l'Être Suprême, celui qu'on écoute, qui n'est pas forcément le même pour tout le monde. Et dans le cas de Jean, ce n'est pas forcément le petit Jésus qui est la cible de ses remarques. ... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2009

L'Enfant Halluciné (2) et le bonheur

Le narrateur adulte, et écrivain, décrit sa jeunesse d'apprenti peintre. Entre son calvaire à l'atelier, le tourment de l'amour pour sa mère, sa crainte des hommes, entre mélange du passé, du présent et du futur émerge souvent des idées de l'adulte : sur le bonheur, l'art, Dieu; voire des réflexions du maître, ressassées pendant des années par son disciple. Ainsi à la page 279 : "Le bonheur est l'unique marche d'un temple détruit, il ne reste plus que ce rectangle de pierre blanche sous nos pieds, un vestige muet... Nul ne... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2009

Hérisson

Le Lycée donne des wagons de connaissances, mais un wagon sans locomotive ne mène nulle part.
Posté par Maeglyr à 00:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 avril 2009

L'Enfant Halluciné (1), présentation et calvaire du Christ

En début d'année j'ai lu "L'Enfant Halluciné" de René-Jean Clot. La dureté et l'instabilité des pensées du narrateur, un simple d'esprit apprenti peintre, l'effroyable et inévitable fin que l'on voudrait changer, la terrible folie du maître peintre et en même temps sa terrible lucidité, m'ont fait adorer ce livre. Non pas adorer comme un Dieu, mais comme un oeuvre de réalité. Une oeuvre du Réel. C'est pourquoi j'ouvre une mini-catégorie où je glisserais parfois des citations extraites de ce livre. p265, pensée de... [Lire la suite]
Posté par Maeglyr à 19:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 mars 2009

Ummon

[Mourir est aiséEn rire est difficile.]
Posté par Maeglyr à 01:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]